LES VOIX DE FIP - Docu AUDIO

animatrice radio fip au micro casque sur les oreilles studio strasbourg du son pour changer
Dans le studio strasbourgeois de FIP, Agnès s'apprête à prendre l'antenne

FIP. Des radios de notre service public, celle-là en est la pépite, dit-on. Mais qu'y a-t-il derrière ce mot ?

Sur un programme musical déjà cousu de fil d'or, il y a ces voix, qui nous attrapent par l'oreille et nous enchantent, dès le matin. Nous glissent, d'une pirouette, une invitation à sortir, à découvrir un artiste d'ici ou d'ailleurs.

Qui sont-elles ?

Allons voir en coulisses, poussons la porte de l'un de ses studios, pour faire connaissance avec les FIPettes, leurs visions, leur recettes.

 

Photographies : Claude Truong-Ngoc

 

Habillage musical : Gregory Ott

(pour Agnès et Cath)


Morceaux passés à l'antenne :

 

- entendu dans Véro, Panoramix :

dès 16'10 : Superbravo, Mon nom, Zamora Label, 2017 (Rodrigo Amarante)

 

- entendu dans Agnès, aux pinceaux :

dès 3'09 : Johnny Halliday, Casualty of love, Philips, 1983 (S. Stapley / B. Bergman / A. Bashung)

dès 3'32 : Camille, Que je t'aime, Virgin, 2012 (J. Renard / G. Thibaut)

dès 13'33 : Gainsbourg/Birkin, 69 année érotique, Phonogram, 1969 (S. Gainsbourg)

dès 13'52 : Chinese Man, Step Back, Chinese Man Records, 2017 (Chinese Man)

 

- entendu dans Cath, les pieds sur la moquette :

dès 0'01 : Sammy Miller & the Congregation, In the morning light, autoproduction, 2017 (Sammy Miller)

dès 11'34 : André Prévin et le London Symphony Orchestra, Le vol du bourdon, Label RCA, 1999 (Nikolaï Rimski-Korsakov)

dès 12'35 : Vampire weekend, Everlasting arms, Label XL Recordings, 2013 (Rostam Batmanglij / Ezra Koenig)